l-enfant-maria-montessori
Formation

L’enfant et l’éducation selon Montessori

Connue dans le monde entier pour sa pédagogie positive, Maria Montessori a travaillé sur de nombreux écrits au cours de sa vie. Son but : transmettre au plus grand nombre son approche éducative et ses idées révolutionnaires concernant le développement de l’enfant. Découvrons ensemble LE livre de référence pour se familiariser avec les concepts pédagogiques clés de cette méthode d’éducation alternative : L’enfant de Maria Montessori. Bien qu’il ait été publié en 1935 aux éditions Desclée de Brouwer, ce livre reste toujours d’actualité. Ses nombreuses rééditions témoignent de la pertinence de la méthode Montessori pour atteindre une vie familiale harmonieuse et bénéfique au plein potentiel intellectuel du tout-petit.

Les périodes sensibles de 0 à 6 ans

 

L’enfant fait office d’introduction aux grands principes de la pédagogie Montessori. Dans cet ouvrage, il est surtout question de progression par cycles pour les apprentissages et de rythme de l’enfant. La célèbre femme médecin et pédagogue italienne ne traite que du premier cycle Montessori dans cet essai théorique.

 

Cette phase de 0 à 6 ans se caractérise par un besoin de manipulation et de stimulations sensorielles. En effet, de 0 à 3 ans, le bébé a un esprit absorbant inconscient : à partir de ses sensibilités intérieures, il construit sa personnalité en assimilant tout ce qu’il observe dans la vie pratique. De 3 à 6 ans, l’enfant a un esprit absorbant conscient. Le passage du conscient vers l’inconscient se fait alors via le jeu et l’expérimentation.

 

Maria Montessori emploie le terme de « période sensible » pour définir chaque période d’acquisition d’un caractère déterminé chez les jeunes enfants :

  • l’ordre ;
  • le langage ;
  • le mouvement involontaire puis volontaire ;
  • la découverte sensorielle ;
  • le développement social ;
  • les petits objets.

Le plan de développement de l’enfant

 

L’enfant de Maria Montessori fait partie des livres de bases pour comprendre sa pédagogie alternative. Il donne une tout autre vision de la position que l’on occupe en tant qu’adulte.

 

Au lieu d’entraver l’acquisition d’une sensibilité particulière, nous devrions jouer le rôle de guides ou de tuteurs. Notre objectif : aider l’enfant à développer sa propre personnalité et à exprimer sin individualité, de manière à favoriser sin épanouissement. Si un tout-petit ne peut pas développer toutes les qualités humaines qui lui sont intrinsèques, Maria Montessori parle alors de « déviations ». 

 

Dans L’enfant, elle explique sa méthode et pose les fondations de son courant pédagogique en parlant d’une « éducation nouvelle » pour bien grandir. Celle-ci repose sur la bienveillance et sur la participation active de chaque individu. Cette démarche novatrice nécessite un « plan de développement » pour chaque tranche d’âges jusqu’à la maturité. La petite enfance (de 0 à 6 ans) pourrait se traduire par un message clair de la part du tout-petit : « aide-moi à faire seul et à être moi-même ».

Ce qu’il faut retenir de L’enfant de Maria Montessori : les « caprices » n’existent pas

 

Parmi tous les livres de Maria Montessori, L’enfant est celui qui explique le mieux l’origine des comportements problématiques et des réactions violentes lors de la petite enfance (cris, pleurs ou encore désobéissance). Ce que nous appelons communément un « caprice » n’est en fait qu’une réaction inévitable lorsque les besoins profonds d’un tout-petit ne sont pas assouvis. 

 

Pour prévenir ces motifs de tension familiale, Maria Montessori encourage ainsi à créer une ambiance propice à la motricité libre, à l’indépendance, à l’autonomie et à la pleine expression des ressources propres à tous les enfants. La solution pratique pour un parent, une enseignante, un enseignant, une éducatrice ou un éducateur  : instaurer un environnement préparé. C’est ce qui va aider l’enfant à avoir confiance en lui.

 

Que ce soit à la maison, en crèche, dans les écoles publiques, dans les écoles privées ou dans les écoles Montessori, il devrait donc y avoir un univers riche en :

  • activités d’éveil (puzzles, mémos tactiles, lettres rugueuses, hochet sonore ou blocs de construction pour la motricité fine par exemple) ;
  • en matériel pédagogique adapté (matériel Montessori en matières naturelles, espace lumineux et ordonné, etc.).

 

En définitive, L’enfant de Maria Montessori met en lumière l’un des plus grands préjugés de la vie de parent : la notion de « caprice ». Il s’agit en fait d’un besoin insatisfait chez le jeune enfant. Ce bouleversement émotionnel est d’autant plus fort qu’un tout-petit est incapable d’exprimer verbalement sa frustration. Une formation Montessori en ligne vous aidera à prendre du recul et à adopter une posture bienveillante, synonyme de parentalité positive et de compassion.

Previous Post Next Post

Articles similaires

None found

No Comments

Leave a Reply