principe-montessori
Formation

Les grands principes de la méthode Montessori

Pour développer sa méthode éducative, Maria Montessori, l’une des premières femmes médecin d’Italie, a longuement observé les enfants. Elle en a déduit que chaque enfant a en lui les ressources nécessaires pour apprendre par lui-même, à condition de respecter sa nature profonde, son rythme et de lui offrir un environnement riche et un accompagnement bienveillant. Que vous souhaitiez scolariser votre enfant dans une école Montessori, ou que vous vouliez mettre en place la méthode Montessori à la maison, il est nécessaire de bien comprendre sur quelles bases repose cette pédagogie alternative.

Voyons ensemble les grands principes de la pédagogie Montessori.

L’enfant au cœur de son apprentissage

Au cours des études qu’elle a menée notamment dans la casa dei bambini, la première maison d’enfants, Maria Montessori a mis en lumière le potentiel que l’enfant porte en lui pour acquérir les connaissances nécessaire à la compréhension du monde qui l’entoure, révolutionnant le système éducatif de l’époque grâce une approche différente de l’enseignement.

En effet, alors que dans l’école traditionnelle l’enseignante est mise au centre du processus pédagogique, la méthode montessori elle, place l’enfant au cœur de son propre apprentissage.

La mission de l’éducatrice montessori et de l’assistante est d’ailleurs résumée en cette célèbre citation de Maria Montessori : « Aide moi à faire tout seul ». En effet, l’adulte a avant tout pour rôle l’observation et le respect du rythme de l’enfant. Ses actions sont de repérer la période sensible que l’enfant traverse, et d’adapter l’environnement de celui-ci pour lui permettre d’exprimer son plein potentiel. En s’appuyant sur un matériel pédagogique spécifique, l’éducatrice va accompagner l’enfant avec bienveillance dans ses différents apprentissages et découvertes et lui proposer des activités répondant à ses intérêts du moment.  

Pour en apprendre plus sur ce métier, je vous conseille de lire l’article comment devenir éducateur.

 « L’éducation est un processus naturel effectué par l’enfant. Ce processus n’est pas acquis par l’écoute d’un discours mais par des expériences avec son environnement. » Maria Montessori

Périodes sensibles

Les périodes sensibles sont des périodes au cours de la petite enfance (entre 0 et 6 ans) durant lesquelles l’enfant développe une sensibilité particulière pour un aspect de son environnement. Au moyen de son esprit absorbant, l’enfant va nourrir cet intérêt avec enthousiasme. Une fois la période sensible passée et les notions acquises, l’intérêt cesse.

Maria Montessori a identifié 6 périodes sensibles:

·         La période sensible du langage (de la naissance à 6 ans)

·         La période sensible de la coordination des mouvements (entre 18 mois et 4 ans)

·         La période sensible de l’ordre (de la naissance à 6 ans)

·         La période sensible du raffinement sensoriel (entre 18 mois et 5 ans)

·         La période sensible du comportement social (entre 2 1/2 ans et 6 ans)

·         La période sensible des petits objets (entre 1 et 3 ans)

Comme vous pouvez le voir, les périodes sensibles ne sont pas relatives à un âge en particulier, chaque enfant les traverse à son propre rythme. C’est une des  raisons pour laquelle les ambiances montessori sont constituées d’enfants d’âges mélangés.

« Si l’enfant n’a pu obéir aux directives de sa période sensible, l’occasion d’une conquête naturelle est perdue, perdue à jamais. » Maria Montessori

Esprit absorbant

Au cours des 6 premières années de sa vie, l’enfant est capable d’apprendre par lui-même, presque sans effort. Il s’appuie sur les ressources que lui offre son environnement pour construire ses propres apprentissages.

Il a la capacité d’absorber les informations sans faire de distinctions. C’est ainsi qu’un enfant apprend à marcher, acquiert le langage et les codes culturels de la société dans laquelle il évolue, de manière naturelle et spontanée.

« L’enfant a un esprit capable d’absorber la connaissance. Il a le pouvoir de s’instruire tout seul. L’enfant a un pouvoir que nous n’avons pas, celui de bâtir l’homme lui-même. » Maria Montessori

L’autonomie

La pédagogie Montessori est avant tout basée sur une approche favorisant le développement de l’autonomie de l’enfant. Elle a pour vocation de guider l’enfant vers son indépendance, de faire par lui-même, de penser par lui-même et de décider pour lui-même.

Dès le plus jeune âge, les enfants sont encouragés à devenir autonomes par le biais de la motricité libre notamment, ou encore en les incitant à s’habiller/se déshabiller seuls etc…

En communauté enfantine, les ateliers montessori ont pour but d’aider le jeune enfant à gagner son autonomie, en prenant soin de lui, de son environnement et en participant de manière active à la vie familiale ou à celle de l’école.

La mise en place d’ateliers montessori à la maison est d’ailleurs tout à fait possible, sans matériel spécifique. En plus de développer la motricité fine, les activités de vie pratique comme découper, transvaser ou encore prendre soin d’une plante permettent aux enfants de développer leur curiosité. Elles aident l’enfant à s’épanouir et renforcent sa confiance en lui.

Dans une ambiance Montessori, les enfants choisissent  librement le matériel éducatif avec lequel ils veulent travailler, celui-ci étant disposé sur des étagères à leur portée. Tout est mis en œuvre pour favoriser cette autonomie, encourager l’autodiscipline et garantir le libre choix de chacun. Les enfants sont libres de se reposer et de travailler quand ils le souhaitent, contrairement à l’école traditionnelle où les journées sont rythmées par les récréations et le travail en classe.

Un mot sur le matériel montessori

Le matériel concret est pensé pour que les enfants puissent l’utiliser de manière autonome, puisqu’il répond à des critères bien précis :

·         Adapté aux enfants : Ils peuvent l’utiliser en toute autonomie puisqu’il est adapté à leur force et à leur taille

·         Isole la difficulté : Chaque activité aborde une seule difficulté à la fois : lorsque la difficulté isolée l’enfant peut se concentrer dessus et l’assimiler plus facilement.

Les cylindres par exemple sont tous de la même couleur, texture et forme, afin que l’enfant puisse se concentrer uniquement sur la notion de taille. De même que la tour rose qui est constitué de cubes roses et qui a pour but la discrimination visuelle en 3 dimensions.

·         Sensoriel : Les enfants apprenant principalement par leurs sens, le matériel offre toutes sortes d’expériences sensorielles permettant une meilleure mémorisation. Pensé ainsi, le hochet qu’on met à la disposition de bébé permet l’éveil des sens. L’enfant plus grand aborde les mathématiques avec les chiffres rugueux etc…

·         Auto-correctif : le matériel permet le contrôle de l’erreur: l’enfant n’a alors pas besoin de l’approbation de l’adulte, il peut comprendre de lui-même son erreur et la corriger. Cette caractéristique favorise l’autodiscipline et contribue à renforcer l’estime de soi.  

L’importance du mouvement

Maria Montessori s’est aperçue au cours de ses observations que l’enfant acquiert la connaissance de son environnement par ses  sens ainsi que  par le mouvement. Les mains en particulier sont un formidable outil qui lui permet d’expérimenter et de découvrir le monde: l’enfant apprend en manipulant. Ces découvertes ont d’ailleurs été confirmées par les récentes recherches en neurosciences.

Encourager ce mouvement est fondamental pour permettre à l’enfant d’explorer le monde qui l’entoure. Le mouvement joue aussi un rôle très important dans la mémorisation. Ainsi, dans une ambiance montessori, les enfants évoluent librement sans restriction. Cette approche éducative est tout le contraire de l’école publique (tout du moins en élémentaire) où les enfants dans la salle de classe sont tenus de rester assis sur leur chaise face au tableau !

Le matériel d’apprentissage est également pensé pour  encourager ce mouvement et répondre au besoin de manipulation, en abordant les notions d’une manière concrète. Ainsi, apprendre à lire et écrire se fera d’abord avec les lettres rugueuses, pour permettre à l’enfant de mémoriser les lettres de manière sensorielle.

« Sans le mouvement, il n’y a ni progrès, ni santé de l’esprit. » Maria Montessori

Toutes les découvertes de cette grande pédagogue qu’était Maria Montessori ont permis de changer notre regard sur le développement de l’enfant, notre approche de la pédagogie et même de la parentalité. La méthode Montessori s’adapte à l’accompagnement de tous les enfants, dès tout-petits, même souffrant de troubles cognitifs. En se basant sur ces grands principes, on peut mieux comprendre nos enfants et les accompagner de manière bienveillante sur le chemin de l’épanouissement, et les aider à grandir en confiance. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur cette pédagogie positive et pouvoir l’appliquer à la maison, vous trouverez ici les informations nécessaires sur la formation Montessori en ligne.

Previous Post Next Post

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply